Une jalousie passionnelle vire au drame à la Cité Alioune Sow: un ressortissant français assisté de son fils, égorge sa femme ivoirienne qui échappe de justesse à la mort

La Cité Aliou Sow de Guédiawaye a été le théâtre hier d’un drame conjugal qui fait encore parler.

Le ressortissant français P. Crepet, assisté de son fils,  N. Taidigsman, un mineur de 13 ans de nationalité allemande, s’est acharné sur sa femme ivoirienne J I. Ouayou, qu’il a égorgée. La victime vernie, a quand même échappé à la mort, puisque seulement à moitié égorgée, l’œsophage n’ayant pas été atteint.

Selon la publication du quotidien EnQuête, l’époux a surpris sa femme par derrière et lui a bandé les yeux, pour ensuite lui trancher la gorge.

Pendant que J I. Ouayou se débattait pour s’affaler par terre et se vider de son sang, son fils, muni d’un marteau, la rouait de coup de tête sur la tête, le père maintenant la femme au sol.

La voyant enfin inerte, les deux bourreaux croyant qu’elle a trépassé, nettoient vite les traces avant d’abandonner la maison.

Mais, à leur retour quelques instants plus tard, ils constatent que dame, qu’ils croyaient morte, se mettait à bouger.

L’ivoirienne encore au sol les supplie alors de l’amener à l’hôpital, en leur promettant de dire qu’elle a été victime d’une agression.

Ensemble, ils vont d’abord au commissariat de Gold Sud, en leur servant la thèse de l’agression, avant que la victime ne soit acheminée à l’hôpital.

Suite à une intervention chirurgicale, la pauvre femme perd la voix, mais arrive à écrire et envoyer des messages WhatsApp à sa belle-sœur, établie en Corée du Sud, pour lui raconter toute l’histoire qui a failli lui coûter la vie.

Informés, les gendarmes enquêteurs, après investigation, ont procédé à l’arrestation des mis en cause qui ont reconnu les faits.

 

 

TASSXIBAAR

Partagez cet artcile

Auteur de l’article : Tass Xibaar

Laisser un commentaire