Sans aucun stade homologué par la Caf, le Sénégal condamné à jouer ses matchs de qualifs à la coupe du monde à l’extérieur

C’est un véritable coup dur, un coup de poignard sur le dos, un cauchemar qui risque de porter une sacrée bérézina à notre football national. Une nouvelle pourtant crainte et qui est arrivé malgré plusieurs alertes. Les Lions sont condamnés par l’incapacité des autorités sportives à jouer le reste de leurs matchs de qualification de coupe du monde hors de nos frontières. Le seul stade jusqu’ici fonctionnel que le pays dispose n’a pas été homologué par la Confédération africaine de football (Caf). Une aberration alors que le président de la fédération sénégalaise de football (Fsf), Augustin Senghor qui manœuvre encore pour rempiler pour un quatrième mandat inique, vient d’être nommé premier vice-président de la Caf, après un feuilleton indescriptible pour le poste de président. Le stade Lat Dior est un exclu des stades approuvés pour arbitrer les matchs éliminatoires de la Coupe du monde 2022, et pour la réception du Togo (5 juin prochain) et du Congo (10 octobre 2021) comptant pour le premier tour éliminatoire de cette compétition, le Sénégal devra trouver un autre stade. Lat Dior qui servait de base pour les matchs de l’équipe nationale et des clubs sénégalais évoluant en compétitions africaines, ne disposait que d’une homologation provisoire de la Caf. Le même scénario de 2013 avec la suspension du stade Léopold Sedar Senghor suite aux incidents ayant émaillé la rencontre contre la Côte d’Ivoire en éliminatoires Can 2013, revientr. Les Lions avaient joué leurs matchs au Maroc. La Namibie, autre adversaire du Sénégal dans sa poule, est logée au même enseigne, et devra se chercher un stade de repli, le sien est également suspendu pour les mêmes raisons. Une situation qui fait tâche d’huile un peu partout en Afrique de l’Ouest où seuls 4 stades ont été homologués parmi les 9 fédérations nationales de la zone (Praia, Nouadhibou, Conakry et Bissau).

 

 

TASSXIBAAR

Partagez cet artcile

Auteur de l’article : Tass Xibaar

Laisser un commentaire