Plainte pour vidéo fuitée: Ndeye Khady Ndiaye enfonce Adji Sarr et Françoise Hélène Gaye, l’enquête confiée à la cybercriminalité

 

 

La vidéo fuitée de l’audience du 14 avril dernier, où l’on voit le Doyen des juges confronter Adji Sarr et Ndèye Khady Ndiaye dans le cadre de l’affaire Sweet Beauty, a nécessité une plainte de la seconde qui a été reçue hier à la police de la cybercriminalité chargée de faire la lumière sur les séquences filmées et la vidéo qui s’est retrouvée sur les réseaux sociaux.

Dans le bureau du magistrat instructeur, le 14 avril dernier, se trouvaient les avocats des deux parties, au total 5 avocats, mais également le représentant du procureur de la République outre le juge d’instruction et son greffier. Dans le principe personne ne pouvait filmer l’audition dans le bureau du juge; Adji Sarr et son ex patronne ne devaient même pas faire usage de leurs téléphones. Seuls les avocats ou le représentant du parquet avaient la possibilité d’user de leurs téléphones pour répondre. Et normalement ils devaient sortir pour répondre au téléphone. Comment dans ces conditions, s’interroge le quotidien, une personne peut alors filmer ce qui se passe dans le cabinet du juge ?

Pour dénoncer cette intrusion, Ndèye Khady Ndiaye avait saisi d’une plainte le procureur. Celle-ci vise Adji Sarr et l’activiste Françoise Hélène Gaye. La patronne de l’institut Sweet Beauty accuse la première d’avoir filmé leur audition et la seconde d’avoir diffusé la séquence.

Dans son édition de ce samedi, Les Échos renseigne que la plaignante a confirmé sa plainte pour collecte et diffusion de données personnelles.

La même source ajoute que les mises en cause devraient «bientôt» être entendues par les enquêteurs.

Partagez cet artcile

Auteur de l’article : Tass Xibaar

Laisser un commentaire