Piqué dans sa chair, Bamba Fall verse dans la rébellion et fait des menaces, « c’est à la guerre maintenant; à partir de la semaine prochaine, je verserai dans l’opposition radicale »

 

Les incidents douloureux et les affrontements physiques qui ont marqué l’avenue Blaise Diagne la semaine passée entre des jeunes de l’Apr et ses militants, ont mis hors de lui le maire de la Médina Bamba Fall, qui l’a manifesté samedi dernier, en faisant face à ses militants de Santhiaba et Mbakhana qui l’avaient invité à un meeting de Sargal à la place Santhiaba. Dans des paroles reprises par Les Échos, il s’explique. « J’ai toujours observé une position d’opposant républicain. Mais je crois que cela commence à  trop faire ». L’ex responsable politique socialiste exulte et promet de se battre frontalement contre ses adversaires politiques et avertit. « A partir de la semaine prochaine, je verserai dans l’opposition radicale et j’y serai avec Ousmane Sonko et Khalifa Sall. Désormais, c’est à la guerre comme à la guerre », avertit-il.

Indexé par beaucoup de médinois à propos du terrain du Jaraaf, Bamba Fall se blanchit et  estime que la mairie n’a rien fait d’anormal et renseigne que « c’est un besoin exprimé par les  Asc et le Conseil municipal s’est réuni et L’a voté à l’unanimité devant le préfet qui a approuvé ». Ensuite, ajoute-t-il, « un partenaire s’est signalé et a rempli les conditions requises à savoir que les Asc, les écoles et les écoles de foot, peuvent s’entrainer gratuitement ». Le maire de la Médina s’offusque du fait que ces gens sachant qu’il va les battre lors des prochaines locales, ont commencé à lui créer des problèmes ». Bamba Fall renseigne que c’est le sous-préfet lui-même qui a saisi le Conseil municipal pour arrêter les travaux au motif qu’un Collectif de 400 jeunes n’est pas d’accord avec le projet. L’édile de la Medina conscient de l’adversité, désigne du doigt l’homme d’affaires et mécène Cheikh Ba qui a financé selon lui l’activité des jeunes et le ministre Seydou Guèye qui aurait imprimé les tee-shirts, comme ses adversaires dans cette cabale, et promet de les battre sur ce terrain politique. Il promeut à leur adresse. « Partir de la semaine prochaine, ce sera à la guerre comme à la guerre », s’est-il emporté, galvanisé par les cris et applaudissements de ses partisans qui ont improvisé une marche dans les ruelles de la Médina, pour étaler leurs forces.

 

 

TASSXIBAAR

 

 

 

Partagez cet artcile

Auteur de l’article : Ibrahima Diouf

Laisser un commentaire