“Phénomène de suicide collectif” de jeunes par voie maritime: la réaction mitigée de la ministre de la jeunesse, Néné Fatoumata Tall

Le Sénégal est confrontée ces derniers temps à une explosion criarde du phénomène Barça Wala Barsah, autrement dit de l’émigration clandestine par voie maritime. En l’espace de quelques jours, deux drames se sont soldés, le premier suite à la pétarade d’une embarcation remplie à ras-le-bord de jeunes ( les chiffres parlent de 200) qui ont tous péri à l’exception d’une cinquantaine sauvés par des patrouilles nationales et espagnoles, le second dans la nuit du dimanche au lundi, avec le renversement d’une pirogue poursuivie par la flotte maritime nationale Sangomar, à hauteur de Dakar, et dont seuls 39 jeunes ont pu être sauvés. Ce suicide collectif auquel s’adonnent les jeunes sénégalais qui semblent ne plus avoir de l’espoir en les dirigeants du pays, et qui cherchent par tous les moyens à échapper au chômage tueur et à la misère rampante, n’obtient jusqu’ici aucune réponse des mêmes autorités, si ce n’est de l’émotion.

Responsable en haut lieu du phénomène, le ministre en charge de l’épanouissement de la jeunesse, est jusqu’ici aux abonnés absents, n’en déplaisent à ses défenseurs prompts à insulter toute critique, et qui mettent en avant ses réalisations dans le cadre du projet controversé de la Prodac où la majorité des jeunes enrôlés sont issus de leur même camp politique.

Ce n’est qu’hier, suite à la ronde des compassions que Néné Fatoumata Tall s’est déployée avec la plus grande énergie à condamner l’explosion de la première qui n’a fait que 59 rescapés dont 6 mineurs sur un total de 200 passagers et plus d’une centaine de disparus à plus de 80 km au large de Mbour. Selon la ministre citée par Dakaractu, qui s’exprimait en marge de la cérémonie d’ouverture de la réunion annuelle du Comité Technique International de Sélection et d’Orientation (CTSO) du Programme de Promotion de l’Entrepreneuriat des Jeunes (PPEJ) tenue hier lundi 26 octobre 2020 à Dakar, l’État du Sénégal et ses partenaires sont en train de faire de nombreux efforts qui visent à promouvoir l’entrepreneuriat des jeunes. Et elle annonce une batterie de mécanismes qui est mise sur pied pour promouvoir l’emploi et l’employabilité des jeunes ».

Jetant le mal sur les nombreuses failles de sa communication, la native de Guédiawaye estime qu’elle « doit être de mise pour que les jeunes soient bien informés de ces mécanismes et qu’ils puissent rester au Sénégal». Toujours selon elle, la pression sociale est un facteur qui peut être fatal pour la jeunesse sénégalaise, et Néné F Tall propose une meilleure sensibilisation au niveau des quartiers et des foyers…

Le ministre de la jeunesse finira son speech en se vantant comme d’habitude des efforts fournis par le gouvernement du Sénégal sur ce phénomène.

 

 

 

 

TASSXIBAAR

Auteur de l’article : Tass Xibaar

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
50 ⁄ 25 =