Orgies, homosexualité, lesbianisme: « les jeunes ne font que subir la perversion des adultes », selon le psychosociologue Ousmane Ndiaye

Le pays est secoué depuis quelques jours par l’éclatement de deux sordides affaires de mariages homosexuels et de lesbianisme avec détournement de mineures, en plus d’un rocambolesque fait de ventes de jouets pédopornographiques. Une descente aux enfers de la société qui fat face à une perversion haute de sa jeunesse de plus en plus aux prises avec des valeurs sataniques importées de l’Occident aux cultures dévergondées. Comment en-est-on arrivé à ce point ? Une question essentielle dont la réponse coule de source et renseignera sur le devenir de notre société en proie à des démons qu’il urge d’exorciser.

Le psychosociologue Ousmane Ndiaye accroché par les services du journal L’Observateur, n’y va pas par quatre chemins et pointe du doigt sur les adultes.

« Il est évident que le sexe a été tellement mis en avant par la société elle-même que les jeunes ne peuvent plus être que des consommateurs. Pourtant, ce ne sont pas les jeunes qui ont inventé ou qui jouent dans les films pornos. D’une certaine façon, les jeunes ne font que subir la perversion des adultes. Qui, eux, ne cherchent qu’a vendre des produits. Il ne faut jamais oublier la dimension économique de la sexualité, elle est tellement importante que si on la perd de vue, on ne peut pas comprendre le comportement des jeunes. En résumé, les jeunes ne seraient que des victimes de la perversion des adultes dans un pays au désordre généralisé, à l’accès aux produits de consommation sans éducation ni formation préalable. La preuve, cette semaine encore avec la polémique autour des bonbons dans un emballage surmonté de deux effigies qui s’embrassent. Sur l’une, les gravures semblent être du même sexe. Malgré la controverse autour de l’existence de cette marchandise sur le marché sénégalais, il est un fait important qui est que le message vise clairement les enfants dans un contexte où l’homosexualité est réprouvée par les valeurs sénégalaises et pourtant, le produit subversif serait passé entre les mailles des filets de la censure ».

 

 

TASSXIBAAR

Auteur de l’article : Tass Xibaar

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
2 ⁄ 2 =