Notaire Guédiawaye: Serigne Abdou Khadre et ses deux amis Mor et Madiama, chassent des filles sur la toile et les milieux de débauche, les filment à leur insu dans des positions obscènes, pour ensuite les faire chanter

 

 

Élève en classe de Terminale, Awa Dieng, a donné un sacré coup de pouce aux fins limiers de la police centrale de Guédiawaye et s’est en même temps sortie d’un sacré bourbier, en aidant au démantèlement d’une sacrée entreprise de dépravation des mœurs, qui avait pour cadre principal, le quartier Notaire. Le cerveau de cette affaire d’association de malfaiteurs, de collecte illicite de données à caractère personnel, menace de diffusion, chantage et extorsion de fonds, a pour nom Serigne Abdou Khadre Ngom. Ce dernier qui se dit vendeur, aidé en cela par ses amis Mor Gueye et Madiama Diallo, profitait de flirts avec des filles, dont Awa Dieng, avec lesquelles il sortait ou de contacts fournis par ses amis, pour se procurer leurs vidéos et images obscènes, et exercer en retour, des chantages à caractère sexuels ou rémunérés sur elles. Tous interpellés par les agents du commissariat de Guédiawaye, ils ont reconnus les faits, après exploitations de leurs téléphones portables, et déférés au parquet hier.

Élève en classe de Terminale, Awa Dieng (24 ans) regrette amèrement sa rencontre, au courant 2019, avec le sieur Serigne Abdou Khadre Ngom 30 ans).

Idylle amoureuse qui a mal tourné

Entre les deux tourtereaux, le courant passe vite, et une relation amoureuse s’en suit. Après deux mois de flirt, Awa répond à une invitation de son petit ami et lui rend visite à son domicile au quartier Notaire de la commune de Sahm Notaire. Le couple passe du bon temps, mais sans plus et à l’insu de son invitée, Serigne Abdou Khadre la prend en vidéo en simple tenue. Au bout de la soirée, Awa Dieng, loin de se douter de ce qui se trame, rentre chez elle, et envoie une vidéo obscène d’elle toute nue à son chéri.
Entre temps, le couple vole en éclat et la rupture est consommée.

La veille de Korite et le chantage sexuel

Awa n’a plus de nouvelles de son ex jusqu’à cette veille de la fête du Korité, lorsque ce dernier lui envoie un message de salutation auquel il répond. Abdou Khadre ajoute un autre Sms et l’invite à passer le voir chez lui. Un refus ferme lui est opposée par la jeune fille, mais Serigne n’en démord pas et lui envoie aussitôt les deux vidéos où Awa apparaît dans des positions obscènes et toute nue. Il fait chanter la jeune fille en lui faisant savoir que si elle ne répond pas à son invite, le célèbre TikTokeur Adamo va recevoir les deux vidéos et lui rendre la vie infernale.
La plaignante dit aux enquêteurs avoir aussitôt appelé au téléphone directement son maître-chanteur « pour avoir le cœur net des menaces ». Sans se laisser démonter, Awa Dieng prend conseil d’un ami qui l’enjoint d’aller vite déposer une plainte au commissariat de police de Guédiawaye.
Un plan est vite ficelé et la jeune fille reprend langue avec le délinquant sexuel et lui promet de passer chez lui vers 23 heures. Les limiers l’accompagnent au rendez-vous et se mettent en retrait pendant que la jeune fille toque à la porte de la chambre de Abdou Khadre qui est pris de court. Une rapide investigation des lieux est organisée et le portable de Serigne Abdou Khadre, saisi. Appréhendé, il est conduit au commissariat de police où les enquêteurs entament son audition.
Le pervers sexuel, assailli de questions, ne tarde pas à reconnaître les accusations de son ex petite amie, mais invoque un « instinct inconscient qui le pousse à agir ».

Sur le téléphone des vidéos et images obscènes de filles

Son téléphone est vite déverrouillé et les limiers ouvrent son compte Whatsap où ils découvrent des images, discussions et vidéos à caractères pornographiques, qui confirment les autres accusations de Awa Dieng, selon lesquelles, il agissait de même avec d’autres filles.
Sur la galerie du téléphone sont retrouvées différentes vidéos obscènes parmi lesquelles, celles de sa petite amie A.B alias Canabasse, dont une où ils faisaient un rapport sexuel. Au cours de son audition au commissariat de police, cette dernière apprend aux enquêteurs qu’elle sortait avec Abdou Khadre depuis 2020 et connaît toute sa famille. Elle avoue de même lui avoir envoyé librement des vidéos nues, son petit ami les a renvoyé à ses amis et complices Mor et Madiama Diallo dit James. Une autre victime du trio de délinquants sexuels est une jeune fille enregistrée sur le contact Whatsap du téléphone de Abdou Khadre sous le nom de Dieyna Bou Sidy. Lee conversations entre cette fille et Abdou Khadre, sont pimentées par deux vidéos où sur l’une, elle apparaît sous le simple appareil et sur l’autre, ils sont en plein acte sexuel. Alima Th suivra avec 4 vidéos salaces et une certaine Soda avec une vidéo hot.
Confronté à toutes ces filles, le mis en cause ne cherche pas à nier et confie aux limiers qu’il recevait leurs numéros, sans leur consentement, de la part de ses amis Mor Guéye et Madiama, qui sont convoqués en douce au commissariat de police.

Les complices qui appâtent les filles

Auditionné, le premier nommé, âgé de 33 ans, habitant le quartier de Fith-Mith, reconnaît les faits qui lui sont reprochés. Célibataire et père de deux enfants, il dit être ami de Serigne Abdou Khadre qu’il a connu par le biais d’un gérant d’une auberge non loin de la plage Malibu. Pour le cas de Awa Dieng, il dit n’être pas au courant, mais renseigne qu’il échange avec lui, souvent des numéros de téléphones et des vidéos à caractères pornographiques et d’autres d’ébats sexuels entre son ami et d’autres filles. Madiama Diallo, 30 ans, se disant étudiant, habitait le même quartier de Notaire avant de déménager à Bayakh. Il est ami d’enfance du principal mis en cause et lui remet également des numéros de téléphones de filles souvent rencontrées sur Instagram. Il nie avoir eu recours à des chantages sexuels contre ces filles, mais avait pris le soin d’effacer toutes ses conversations téléphoniques sur Whatsap avec son ami.

Une véritable entreprise de dépravation des mœurs

Alimatou Th, née en 1983, va les enfoncer en racontant les circonstances connaissance avec Pape (Serigne Abdou Khadre Ngom). Selon elle, il y’a un an, elle a reçu un appel anonyme de ce dernier qui s’est présenté comme un agent d’une banque qui doit remettre de l’argent à un de ses clients. Après discussion, il invite la femme à passer le voir chez lui, à Notaire. Ce soir, la femme qui est restée jusque tard dans la nuit, dit avoir eu une partie de jambes en l’air avec son hôte qui l’a filmée à son insu, avant de lui promettre d’effacer la vidéo.
Ils auront a quatre reprises des rapports sexuels avant de rompre. Plusieurs mois s’écoulèrent, toujours d’après les confessions de la jeune fille, et au cours du mois de ramadan, son ex lui envoie deux vidéos d’elles nues et la menace de les envoyer à Adamo, si elle ne lui remet pas de l’argent. Alima dit avoir refusé d’accepter et a bloqué son numéro. Abdou Khadre a alors remis le numéro à un autre garçon qui l’a appelé pour lui réclamer la somme de 10 000 F cfa, au risque de publier les vidéos. Une autre dame du nom de Dié Nd.N, pistée sur Instagram, résident à Keur Mbaye Fall, a été victime du même traitement de la part de Abdou Khadre qui l’a invitée chez lui pour un rapport sexuel et l’a menacée ensuite de chantage sexuel. Nd.M.F est tombée dans le même panneau. Gérante de résidence à Golf Nord, elle dit avoir fait la connaissance, au marché jeudi, de Mor qui s’est présenté à elle sous le nom de Cheikh. Ce dernier le mettra en relation avec S Ab.Kh N’Gom qui l’a introduite chez lui à Notaire, mais elle refusera de coucher avec lui. Lors de leurs discussions sur Whatsap, elle va lui envoyer une vidéo où ses jambes sont mises en valeur, et le pervers a voulu en profiter pour la faire chanter, en la partageant avec ses amis.
Des témoignages confortés au niveau du quartier Notaire où tous sont unanimes à dire que le trio de pervers sexuels sont à la tête d’une vaste entreprise de dépravation des mœurs.
La garde à vue de Serigne Abdou Khadre N’Gom, Mor Mbacké Guèye et Madiama Diallo s’est poursuivie jusqu’à hier où ils ont été finalement déférés auprès du procureur du tribunal de grande instance de Pikine-Guédiawaye, pour association de malfaiteurs, collecte de données à caractère personnel, menace de diffusion de, chantage, extorsion de fonds.

 

TASSXIBAAR 

Partagez cet artcile

Auteur de l’article : Tass Xibaar

Laisser un commentaire