NÉCROLOGIE Idrissa Seck rend un vibrant hommage à l’icône du cinéma sénégalai et membre du Cese, Cheikh Ngaïdo Ba

L’ icône  du cinéma sénégalais et africain, Cheikh Ngaïdo Ba est décédé hier dimanche, à l’hôpital Principal de Dakar. Membre du Conseil économique, social et environnemental (Cese) où il occupait les fonctions de président de la Commission de l’artisanat, de la culture, du tourisme et du sport, il était depuis 2007 président de l’Association des cinéastes sénégalais et associés (CINESEAS). 

 Né le 10 juin 1949, Cheikh Ngaïdo Ba est diplômé de l’Institut national de l’audiovisuel de France, ce qui lui a permis d’intégrer en 1972 en tant que réalisateur-producteur l’Office de radio télévision du Sénégal (ORTS), l’ancêtre de la RTS. 

 Il a réalisé une série de films dont ’’Xëw Xëw… la fête commence’’ (1982), un long métrage musical qui peint une société sénégalaise des années 80 à deux visages, d’un côté la classe occidentalisée, et de l’autre, des quartiers ouvriers de la périphérie. 

 Cheikh Ngaïdo Ba a aussi réalisé ’’La brosse’’ (1974), portrait d’un jeune cireur de chaussures à Dakar, ’’Arrêt car’’, un tableau représentant le microcosme de la ville dans toute sa composante à travers l’arrêt d’un bus. 

 Il a aussi réalisé en 1979 un documentaire intitulé ’’Réwo Daande Mayo’’ (De l’autre côté du fleuve, en peul) qui se veut ’’’un poème inquiet de l’Afrique face à la modernisation’’. 

Le cinéaste a été aussi acteur dans certains films de ses collègues notamment ’’La petite vendeuse de Soleil’’ de Djibril Diop Mambety, réalisé en 1998. 

 Il a été aussi assistant des réalisateurs Mahama Johson Traoré et Ababacar Samb. 

 Cheikh Ngaïdo Ba a été de tous les combats pour le rayonnement du cinéma africain au sein de la Fédération panafricaine des cinéastes (FEPACI) où il a occupé les fonctions de Secrétaire général chargé de la zone Union économique et monetaire ouest africaine (UEMOA). 

 

Son nouveau patron à la tête du Cese, Idrissa Seck lui a rendu ce vibrant hommage à la hauteur du « Grand homme » qu’il était.

 

Nous venons d’Allah et retournons à LUI. Pardon et Miséricorde d’Allah sur son serviteur Cheikh Ngaido BA. Mes condoléances à sa famille, à son Excellence, Monsieur Macky SALL, Président de la République, à tous les membres du CESE, conseillers comme personnel, et au peuple sénégalais tout entier, en particulier au monde des Arts et de la culture dont il fut une icône.

Cheikh NGaido BA était le Président de la Commission de l’Artisanat, de la Culture, du Tourisme et des Sports. Il était un conseiller exemplaire, très compétent et dynamique dans le travail, et très engagé pour l’institution ainsi que son pays. Il a toujours fait preuve d’assiduité et d’une grande ponctualité pour les sessions. Le CESE a perdu un grand homme.

Le dernier souvenir que je garde de lui est notre rencontre, le Jeudi 10 Décembre 2020 lors de ma première réunion du bureau du CESE dont il fut un éminent membre. Nous lui avions confié la mission de mobiliser le monde du cinéma et de la culture, notamment les réalisateurs de séries télévisées,(puissants moyens d’éducation et de sensibilisation du peuple), sur le thème de l’émigration de notre jeunesse (mbeuk mi) que Son Excellence Monsieur le Président nous a confié comme première mission en 2021, en rapport avec l’emploi des jeunes. Ngaido, ce jour là, nous avait gratifié de conseils avisés et sages sur la meilleure approche de cette question.

Nous sommes toujours porteurs de projets au moment du départ…C’est la définition même de la Vie, mouvement, écoulement… comme le sablier dont le verre du haut nous serait caché et dont chaque grain de sable  qui tombe  peut être le dernier…

Qu’Il Plaise au Maitre des Sabliers, de l’Aube et des Mondes (SWT) d’Inscrire Cheikh Ngaido parmi les âmes apaisées qu’IL Invite en ces termes, dans la Sourate 89 « l’Aube », versets 27 à 30: « O toi, âme apaisée,

retourne vers ton Seigneur, satisfaite et agréée,

entre donc parmi Mes serviteurs,

et entre dans mon Paradis ».

Idrissa Seck

Président du CESE

Partagez cet artcile

Auteur de l’article : Tass Xibaar

Laisser un commentaire