Libéré sur convocation ce matin, Cheikh Yérim Seck plonge encore dans ses travers avec cette histoire de grossesse suivie d’avortement

Cheikh Yérim Seck doit tout faire pour se débarrasser de ses fantasmes sexuelles qui commencent à lui coller dans la peau. Après ses salaces révélations sur l’affaire Batiplus, le journaliste qui est sous contrôle judiciaire dans cette affaire, est encore éclaboussé par une sombre histoire de mœurs, une femme l’accuse de l’avoir mise enceinte avant de la pousser à l’avortement. Convoqué hier lundi, il est rentré tard de la Section de recherches de Dakar, où il a reçu à la tombée de la nuit, la décision du procureur de la République. Cheikh Yérim Seck devra repasser ce matin à 10 heures devant les gendarmes, pour répondre des accusations de Ngoné Thiam, la femme avec laquelle il a eu affaire,  une gérante de boutique de 29 ans, selon lui, et fille mineure d’après l’accusation.

C’est, il y a une dizaine de jours, que les enquêteurs ont eu vent de l’acte illégal d’avortement de la dame, facilité par l’infirmier Yaya Sow, un coutumier des faits. Cueillis en même temps, ils sont passés tous les deux aux aveux, et lors de son interrogatoire, la dame a pointé du doigt son homme « Cheikh Seck » qui l’aurait mise enceinte pour ensuite lui donner 200 mille francs CFA nécessaire à l’avortement. Ngoné Thiam persistera dans ses charges, pour révéler encore que Cheikh Yérim Seck a utilisé son assistante qui lui a envoyé l’argent. Ce que cette dernière Khadidja Faye a confirmé tout en précisant qu’elle ignorait l’objet du transfert.

La troisième femme à être épinglée pae les enquêteurs est une copine de Ngoné Thiam qui l’a mise en contact avec l’infirmier.

Face aux gendarmes, Cheikh Yérim Seck a formellement nié les accusations d’engrossement et d’incitation à l’avortement.

Le patron de Yérimpost reconnaît juste l’envoi des 200 mille francs CFA, et invoque des difficultés qu’aurait eu Ngoné Thiam à s’acquitter du paiement de son loyer, des déclarations contradictoires à celles de sa plaignante.

La rencontre de ce matin permettra peut-être de dénouer le noeud de cette intrigue de plus pour le controversé journaliste qui est libre de ses mouvements alors que ses protagonistes dans cette affaire sont retenus en détention.

TASSXIBAAR

Auteur de l’article : Tass Xibaar

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
17 + 24 =