Leur « Thiant » interdit faute d’autorisation, des « Baye Fall » caillassent le véhicule de police et le commissariat de Pikine Guinaw Rails

L’État perd de plus en plus son autorité et son emprise sur les citoyens. Il ne se passe pas une semaine sans qu’il ne soit fait démonstration de la vulnérabilité des forces de l’ordre qui n’arrivent plus à contrôler suffisamment l’indiscipline de certains groupes d’individus réfractaires à l’ordre social. Ça a encore été le cas au bouillant quartier de Pikine Guinaw Rails, où des « Baye Fall » qui organisaient, dimanche dernier un « Thiant » nocturne, sans autorisation sur la voie publique.

Dispersés par les policiers qui ont débarqué sur les lieux vers 23 heures, pour les sommer de ranger leurs « sabars », gourdins, matériels de sonorisation et bâches, les jeunes garçons « Baye Fall » ont violemment refusé d’obtempérer et ont persisté dans leur décision de tenir leurs chants religieux, avec ou sans autorisation. Un véritable défi à l’ordre publique qu’ils manifestent en engageant la bataille rangée avec les agents de police du commissariat de Guinaw Rails, pris au dépourvu. C’est un échange vif de projectiles et de grenades lacrymogènes qui a lieu entre les disciples du vénéré Cheikh Ibra Fall et les flics.

La voie publique choisie comme lieu de tenue du « Thiant » est vite transformée en champ de bataille, et le trafic routier dévié. Face à l’infériorité numérique des policiers, tel que le rapporte la publication du journal Les Échos, les jeunes les repoussent. Ce qui ne durera pas longtemps, car les agents de police opèrent un repli stratégique et se mettent aussitôt sur la défensive, malgré l’ardeur de l’intifada des « Baye Fall » qui multiplient les jets de projectiles.

Pour se dégager, les forces de l’ordre balancent plus de grenades lacrymogènes dont les odeurs âcres et piquantes font débander la horde de « Baye Fall ». Un renfort policier est sollicité pour repousser les assaillants qui débarquent aux abords du commissariat et se mettent à caillasser les lieux. Pour se tirer définitivement d’affaires, les policiers multiplient l’usage de grenades lacrymogènes et finissent par repousser les assaillants « Baye Fall ».

Au final, aucun blessé n’est enregistré dans les deux rangs et les dégâts matériels sont à minorer.

 

 

TASSXIBAAR

Partagez cet artcile

Auteur de l’article : Mamadou Niang

Laisser un commentaire