Les jeunes, nouvelle cible du Coronavirus, aux États Unis, en Suède et en Israël !

Aux États-Unis, en Suède ou en Israël, le coronavirus touche désormais en priorité les jeunes, est-ce une mauvaise ou une bonne nouvelle ?

Aux Etats-Unis, le nombre de cas de personnes atteintes par le coronavirus a explosé ces dernières semaines. Le nombre de cas quotidien dépasse le précèdent pic d’avril. Pourtant, le nombre de morts continue de baisser. Cette tendance s’explique notamment par le fait que le virus touche une population plus jeune qu’il y a deux mois. Par exemple, en Arizona, la moitié des cas concerne des personnes âgées de 20 à 44 ans. A Seattle, 45% des nouveaux cas sont liés à une population âgée entre 20 et 40 ans, contre 25% en avril.

En Floride, l’âge médian des cas est passé de 65 ans en mars, à 35 ans aujourd’hui. La réouverture des bars et des restaurants joue notamment sur cette transmission accélérée du virus dans cette population. En revanche, les personnes âgées sortent moins et évitent ces lieux trop dangereux. Ce phénomène est également perceptible en Suède ou en Israel où le nombre de cas augmente fortement ces dernières semaines, sans avoir un effet trop important sur la mortalité. Alors, est-ce une bonne nouvelle que le virus touche aujourd’hui davantage les jeunes?

La population jeune fait moins de formes graves

A première vue, cette nouvelle tendance peut apparaître comme une donnée positive. En circulant dans une population plus jeune, le virus touche une population moins à même de faire des formes graves de la maladie, à l’exception des personnes ayant des comorbidités. Cela pourrait permettre aussi d’arriver à terme à une immunité populationnelle, tout en provoquant moins de dégâts dans la population. Pour le moment, aucun pays n’est néanmoins réellement parvenu à atteindre cette hypothétique immunité de groupe, permettant de protéger sa population d’une seconde vague du virus.

En refusant la mise en place d’un confinement strict, la Suède a ainsi fait le choix de laisser le virus circuler parmi la population jeune, tout en évitant l’engorgement des services hospitaliers. La stratégie n’a pas totalement réussi puisque la population âgée a subi un lourd tribut en terme de mortalité, en particulier durant la période de mars-avril. Ces dernières semaines, c’est davantage la population jeune qui est concernée par l’augmentation des cas. Ce qui permet de contrôler l’épidémie. En Suède, une dizaine de personnes sont ainsi admises en soins intensifs chaque jour en ce moment, contre environ 40 lors du pic en avril. 

Comment éviter que le virus ne se diffuse à une population plus fragile?

Mais comment éviter que le virus ne se diffuse à une population plus fragile? “Les jeunes sont infectés en premier, puis ils rentrent chez eux, et ensuite ils infectent les personnes âgées. Les personnes âgées ont des complications, puis elles se rendent à l’hôpital”, s’inquiète par exemple le spécialiste américain, le Dr Fauci .”Le taux de mortalité est toujours en retard de plusieurs semaines par rapport au taux d’infection”, note-t-il. 

En Israel, on s’inquiète aussi de la diffusion de la maladie des personnes jeunes aux personnes âgées : “Au cours des deux dernières semaines, nous avons assisté à une hausse spectaculaire du nombre d’infections quotidiennes au coronavirus. Il y a eu également, ces derniers jours, une hausse de l’âge des personnes qui ont été hospitalisées, atteintes par la maladie”, rapporte par exemple la cheffe de la Société israélienne des maladies infectieuses, Miri Weinberger, qui estime que le pays est “sur le point de perdre le contrôle de l’épidémie”.

 TASSXIBAAR (sources le journal du dimanche)

Auteur de l’article : Tass Xibaar

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
4 × 2 =