Le rappeur et activiste Thiat se remémore un douloureux souvenir de jeunesse: il avait été abusé sexuellement par la bonne de sa famille

Il est des souvenirs qui ne sont pas toujours pas faciles à sortir mais qui aident à refouler les mauvais sentiments. Le viol ou les abus sexuels en font partie et les femmes n’en sont pas toujours les uniques victimes. Beaucoup d’hommes dans ce pays en sont marqués et n’ont pas toujours le courage d’en parler. Ce n’est pas le cas du rappeur activiste, membre du mouvement citoyen Y en à marre Thiat qui vient de faire resurgir en plein direct sur la 2Stv hier nuit, un horrible souvenir de sa tendre jeunesse.

«Dans ma tendre jeunesse, notre bonne avait abusé sexuellement de moi. Une chose qui m’avait traumatisé et qui continue de me traumatiser. J’étais jeune et je ne connaissais rien de la vie. Mais, j’ai pris mon courage à deux mains pour en parler. Il faut que les parents éduquent les enfants afin qu’ils soient plus vigilants…»,  lance en guise de message le membre de Keur Gui.

 

 

TASSXIBAAR

Auteur de l’article : Tass Xibaar

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
27 × 6 =