Le marchand ambulant « transporteur » du Covid-19 à Tivaouane démonte toutes les contre-vérités dites sur sa contamination

Les populations de Tivaouane poussent depuis hier des oufs de soulagement, après la sortie médiatique de l’unique cas, jusqu’ici du Coronavirus dans le département, Joint au téléphone par le Directeur de Dabakh FM, Chérif Abdoul Aziz Touré, le jeune marchand ambulant venu de Touba, a battu en brèches toutes les contre-vérités dites sur lui et a tenu à préciser qu’il n’a jusque-là présenté aucun symptôme.«J’ai été testé pour la première fois à Tivaouane suite à la dénonciation de certaines personnes du quartier. On m’a trouvé avec mes amis en train de boire du thé tranquillement pour nous signifier que nous devions être testés parce que venant de Touba.

Après le test effectué sur place, on nous a dit d’attendre les résultats. Ainsi après deux jours, ils sont revenus pour me dire que je suis positif. C’est ainsi que j’ai été admis à l’hôpital de Diamniadio», se désole-t-il, avant de poursuivre le récit de sa mésaventure.

«J’ai été bien traité pendant mon traitement. J’ai entendu toutes sortes d’histoires sur moi. D’abord, je n’ai jamais pris de moto-jakarta de Touba à Tivaouane. C’est faux ! Je suis passé par la route normale et j’ai pris une voiture personnelle dont le chauffeur avait l’autorisation de circuler avec au maximum deux personnes à bord».«J’ai également entendu dire que j’ai fait 3 ou 5 jours à Tivaouane. A vrai dire, j’ai passé plus de 15 jours à Tivaouane.  Lors de mon hospitalisation, j’ai été bien traité par les agents de santé. Ils venaient de temps à autre pour me donner des médicaments et surveiller mon état. Je n’ai manqué de rien et je tiens à rendre grâce à Dieu pour ce dénouement heureux».

Une confession importante qui soulage toutes les  personnes qui vivaient dans la même maison que le jeune marchand ambulant et qui sont toujours retenus en quarantaine, et toutes les populations de Fogny dont de nombreux parmi eux proches de lui, ont dû se confiner à force d’être pointés du doigt par leurs voisins.

 

TASSXIBAAR 

Partagez cet artcile

Auteur de l’article : Tass Xibaar

Laisser un commentaire