L’ancien député Cheikhou Oumar Sy vilipende les centres de redressements de Kara et s’offusque contre les tortures et les traitements inhumains qui y sont appliqués contre des êtres humains

Accepter, dans un état de droit, que des personnes soient séquestrées contre leur gré, torturées et traitées comme des animaux sous prétexte qu’ils sont des délinquants qu’on “redressait” et extrêmement inhumain . On ne “redresse” pas une personne on la rééduque pour qu’elle donne un sens à sa vie. On dresse un animal pour l’amadouer.

Des personnes ont été arrêtées certes mais cela ne suffit point. Dire que le guide a eu une posture légaliste c’est sacrifié tous ces jeunes qui ont été a amenés faire fonctionner ces centres avec la bénédiction d’une personne morale.

Quelles images sommes nous en train d’envoyer au monde entier. Si on ne respecte nous mêmes notre propre jeunesse, nous ne pouvons pas exiger aux autres de les respecter. Nous n’avons pas encore fini de pleurer nos jeunes qui embarquent dans des pirogues de fortunes espérant laisser le désespoir derrière eux pour finalement trouver la mort en court de route, que l’on se rende compte qu’on traite une autre partie de notre jeunesse comme du bétail et on s’étonne d’avoir de leur niveau de maturité.

Il nous faut apprendre à respecter nos citoyens et à en faire des citoyens et citoyennes dignes pour qu’ils aiment leur pays. Si ces jeunes retrouvent la liberté demain ils n’hésiteront pas à prendre les pirogues parce qu’ils ont été humiliés dans leur dignité humaine.

Le Ministère de l’ Intérieur, Antoine Félix Diome, et celui de la Justice, Malick Sall, sont interpelés au plus haut niveau et les responsabilités doivent être clairement situés. Pas de procès de façade. Le Ministre de la Santé Abdoulaye Diouf Sarr doit déployer une équipe pour une prise en charge psychologique de ces personnes maltraitées.

Nous sommes tous responsables de cette jeunesse, il nous faut les encadrer et non les torturer.

Partagez cet artcile

Auteur de l’article : Tass Xibaar

Laisser un commentaire