HGS: Partie consacrée à Serigne Touba: le rapporteur général du livre historique, mouille Iba Der Thiam et son amour inconditionnel pour Macky Sall et impute les 84 erreurs décelées à des profanes qui n’ont aucune notion de l’histoire

L’aveu est la tentation du coupable. Cette citation indéniable colle bien à toute l’équipe du Comité de rédaction de l’Histoire générale du Sénégal, cet ouvrage historique initiée par le président de la République et mené de main de maître par le Professeur Iba Der Thiam, qui a fait polémique dès sa présentation, il y a un an. Rejeté par pratiquement toutes les familles religieuses et traditionnelles, concernées par la retraçage de l’histoire de leurs ailleux, l’HGS est truffé de fautes et fait l’objet de forts quolibets.

Et c’est tombé comme un couperet, de la bouche du rapporteur général du Comité de rédaction, il est appris que les erreurs notées dans l’ouvrage sur l’histoire de Serigne Touba, ne sont pas le fait d’Iba Der Thiam ou d’historiens, mais de profanes qui n’ont aucune notion de l’histoire, encore moins de son écriture. Ces aveux effarants sont de Mamadou Fall qui, pour se dédouaner, évoque des notions de délais d’aller vite, quitte à mettre dans le volume concerné des choses qui ne devaient même pas y figurer.

Le rapporteur général de l’HGS ne fait que mouiller le Professeur Iba Der Thiam, responsable moral de l’ouvrage, dont il apprend que la rédaction du livre blanc dont ce tome IA, truffé de 84 erreur, et rejeté par toute la communauté mouride, est la satisfaction d’une promesse faite au président Macky Sall. «  On avait notre agenda et notre démarche. Mais à un moment donné, Iba Der Thiam qui a une grande estime pour le président Macky Sall, lui a promis de sortir chaque année 5 tomes de l’histoire générale du Sénégal. On avait fait les 4 tomes. Et il restait un, qui n’était pas complet et on l’a complété par quelque chose qui ne devait pas en faire partie », se dédouane-t-il.

Des aveux circonstanciés qui ne renseignent pas sur les identités des fautifs déclarés qui doivent la réalité à l’histoire du Sénégal.

 

 

TASSXIBAAR

Auteur de l’article : Tass Xibaar

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
17 × 25 =