Expropriation foncière en zone rurale: le contentieux Ndingler-Babacar Ngom, la goutte d’eau qui fait déborder le vase ou la chute d’une icône de la production Nationale (Par B. O. Danfakha)

« wañi bo giss ci bén lay tambali » dit on habituellement mais cela, Babacar Nom, Président-fondateur du groupe SEDIMA semble l’ignorer. En effet, dans l’émission good morning  de la 2stv, Bassirou Diomaye Faye (BDF)  déclara qu’à la veille de la conférence de presse qu’il comptait tenir pour dénoncer l’accaparement des terres de Ndingler par le même Babacar Ngom, être contacté par ce dernier pour une entrevue. Et selon les révélations de BDF, pour se dédouaner de son forfait, le mis en cause lui aurait prétexté entre autres comme argument : « moi, je suis un sénégalais. On a donné des terres à des espagnols, à des italiens…et personne n’a bronché ». Non mais, quel cynisme, quelle bassesse venant de celui qui a suscité tant d’admiration. C’est inhumain et honteux de la part de Babacar Ngom de vouloir profiter de ces crimes qui, contrairement à ses affabulations ont fait l’objet de fortes dénonciations pour faire pareil ou pire. Le malheur du sénégalais, Mr Ngom, c’est qu’il est habitué à ne pas s’intéresser aux injustices, aux violations ou autre « diaydolé » qui ne l’affectent pas directement. Ce n’est pas parceque des pédophiles ou des violeurs ne sont pas dénoncés ou courent les rues que la pédophilie et le viol ne sont pas pour autant des actes d’une grande monstruosité. Avez-vous une fois pensé au sort que vous réservez à ces pauvres paysans en le dépouillant ainsi de leur seule source de survie qu’est leurs terres ? Où est passé ce Babacar Ngom qui s’est toujours vanté d’être parti de rien pour arriver là où il est actuellement. Lui, qui nous a longtemps vendu l’image d’un jeune qui a tourné le dos à la ville pour se réfugier à la ferme familiale (sûrement dans un village) afin de réaliser son rêve dont il croyait fort. C’est cet homme aujourd’hui, qui vient briser le cycle de vie de plusieurs villageois. Peut-être que vous vous soulagez la conscience en pensant que votre forfait est une pratique courante et que vous n’êtes pas le premier à l’avoir fait. Je vous le concède. Comme l’a si bien rappelé BDF, le monde rural est étouffé de plus en plus  par ce genre d’expropriation foncière à problème souvent sous l’impulsion de puissants affairistes financiers en complicité avec l’Etat. Les cas opposants  une famille de Boulabougou dans la commune de Nguéniène à la société Produmel ou encore 43 villages de la commune de Ndiaffate dans la région de Kaolack aux Salins du sine Saloum en sont de parfaites illustrations. Mais sachez Mr Ngom et consorts, sénégalais ou étranger, champion national ou international qu’on fera tout pour que vous soyez le dernier parmi ces élites privilégiées, avares et cupides prêtes à causer les plus grands supplices à la population pour atteindre leur objectif. Le Sénégal nous appartient tous et la dignité humaine n’a pas de prix.

BA OUSMANE DANFAKHA

Auteur de l’article : Tass Xibaar

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
26 ⁄ 13 =