Dieyna-Brill: un procès sur fonds de sentiments, de regrets et de promesses de retrouvailles amoureuses

 

 

Entre le rappeur Djibril Mbaye Fall alias Brill et la chanteuse Dieyna Baldé, c’était hier, le procès du je t’aime moi non plus. Poursuivie pour des faits de vol commis la nuit, collecte illicite de données à caractère personnel, copie de données informatiques et tentatives d’extorsion de fonds, Dieyna a fait face à la déléguée du procureur qui a requis contre elle et son grand frère et complice, Hamadou Aly Baldé,  l’application de la loi pénale. Sur plainte du producteur et chanteur Bril qui entretenait avec elle une liaison secrète que l’ex petite protégée de Diop Iseg, s’est retrouvée dans ce sale drap, pour avoir volé ses deux téléphones portables et les clés de sa voiture.

La jeune chanteuse a ému toute la barre des flagrants délits de Dakar, en évoquant les faits de vols des deux téléphones de son amoureux, « à l’aube lorsqu’il était tombé dans les bras de Morphée », a -t-elle souligné. Elle reconnaît en avoir fait usage pour juste faire « des captures des messages qu’il échangeait avec des filles » et se les ai envoyés sur son propre téléphone. De la jalousie pure et simple qu’elle revendique et affirme avoir agi sous le coup de la colère. Dieyna confirme que des  proches l’ont appelé à plusieurs reprises pour la mettre en garde contre l’infidélité de Bril et lui ont suggéré de redoubler d’attention. Et c’est donc pour en avoir le coeur net qu’elle a pris le téléphone pour confirmer ses soupçons. Puisqu’elle détenait les codes des téléphones de son amant, ce fut un jeu d’enfant pour accéder à la galerie des photos et vidéos. La koldoise d’origine nie cependant le chef de tentative d’extorsion de fonds, encore moins d’avoir menacé la partie civile.

Une partie civile, Djibril Mbaye Fall qui regrette d’avoir attrait en justice sa petite amie, ce qu’il n’aurait pas fait si au départ, il savait qu’elle était l’auteur du vol. Pour assurer de son regret, Bril révèle que depuis l’arrestation de sa dulcinée, il n’arrive plus à fermer l’oeil de  la nuit. Le rappeur confirme néanmoins les appels avec menaces, de nuire à sa carrière de musicien et la  réception de messages accompagnés de photos comportant des discussions entre lui et ses amis. Et Bril de révéler devant la cour, qu’on lui a toujours dit de laisser Dieyna qui fréquenterait des hautes autorités. Néanmoins, il déclare lui avoir pardonné de bon cœur. Un pardon que confirme ses conseillers parmi lesquels Me Souleymane Soumaré affirme que son client est patient de retrouver sa petite amie, et qu’il se désiste de la partie civile.

Les avocats de la défense abondent dans le même sens de la clémence, en faisant valoir la naïveté de leur cliente, souvent victime selon eux, de personnes qui ont le double de son âge et qui abusent d’elle. Selon les robes noires, ce procès est celui de la honte,  car « le vol n’est pas établi, il manque l’élément intentionnel. Chacun d’entre nous a des  éléments contre l’autre. Il a 16 ans de plus qu’elle… », a plaidé Me Daf.  Me Ciré Clédor Ly a réclamé lui, l’assistance pour sa cliente qui n’a jamais eu, selon lui, l’intention de nuire.

 

 

TASSXIBAAR

 

 

Partagez cet artcile

Auteur de l’article : Mamadou Niang

Laisser un commentaire