Détention, usage et trafic de chanvre indien, prostitution et proxénétisme: deux hommes et trois femmes, dont l’une nue, surpris dans une chambre à la cité Dioumkhob (Guédiawaye)

Bara Mbaye (48 ans) et Demba Ndiaye (45 ans), sont deux amis d’enfance qui se sont très tôt laissés entraîner sur le chemin de la délinquance. Condamné à deux reprises e. prison pour des délits de détention de chanvre indien, le premier nommé ne s’est pas assagi et continue à filer du mauvais coton, chez lui à la cité Dioubkhob (commune de Sahm Notaire) où il utilise sa chambre comme lieu de débauche et de vente illicite de cannabis.

En patrouille en ce mercredi 11 mai en milieu de journée, aux alentours de « NiariBoulangerie », les agents de la Brigade de recherches de la police de Wakhinane-Nimzatt tombent sur un individu à l’allure suspecte, sortant d’une maison et l’interpellent. Une rapide fouille exercée sur le corps du nommé Demba N’DIAYE, permet de découvrir dans sa poche, un tube contenant du chanvre indien en vrac. Le suspect est sommé de retourner avec les limiers chez lui ou ils entament la fouille de sa chambre, où se trouvait Bara Mbaye.dit Joe Mbaye en compagnie de trois filles, Aida Mendy, Mame Maguette Mbaye et Marème Seck, qui était toute nue.
Les rapides investigations des lieux fouillés de fond en comble, permet de découvrir des préservatifs dans les portefeuilles des trois filles. Un cornet de chanvre indien est également découvert sous le matelas, en plus de 2 paires de ciseaux et des enveloppes identiques à celles qui couvrait le cornet trouvé sur Bara Mbaye. Tout laissait croire aux limiers qu’ils étaient en face d’un véritable réseau de trafic de chanvre indien. Une seconde chambre est passée au peigne et là aussi, 1 kg de cannabis en vrac est découvert, bien enveloppé dans un papier en ciment, en sus d’enveloppes identiques, une machette, un couteau et des préservatifs. Le groupe des cinq est solidement menotté et conduit manu militari au poste de police.
Au violon, Bara Mbaye reconnaît sans ambages les faits et la paternité du cornet trouvé sur lui, mais pour le kg de chanvre indien, la machette et les autres accessoires de conditionnement, digne d’un véritable trafiquant de drogue, il balance un certain Cheikh Thiam dit Lamp, qui serait en fuite.
Pour ce qui concerne les filles, Aida Mendy (18 ans), célibataire et mère d’un enfant de 8 mois, accepte que les préservatifs trouvés dans sa pochette, lui appartiennent, et qu’elle est une prostituée, mais non inscrite au fichier sanitaire, car n’ayant pas encore l’âge requis au moment où elle voulait le faire.
Elle balance ses copines d’être elles aussi des prostituées clandestines, et reçoivent toutes leurs clients dans la maison de Bara Mbaye, moyennant 10 000 F et 20 000 Fcfa par séance. La garde à vue débute pour les deux hommes et trois jeunes femmes.
Le cas de Bara Mbaye, déjà arrêté à deux reprises et condamné à 1 et 2 mois de prison. pour détention de chanvre indien et coups et blessures volontaires, est le plus délicat. Il endosse tout sauf qu’il réfute le motif de la présence des filles dans sa chambre et dit qu’elles y viennent juste pour suivre son téléviseur écran plat qui les attire. Demba N’DIAYE, qui se déclare collecteur d’ordures depuis 3 ans, à l’UCG, dit avoir ramassé la drogue retrouvée sur lui chez son ami d’enfance qui est dealer. Fatou Thiam dit Mame Maguette Mbaye (23 ans), célibataire et mère d’un enfant de 5 ans et Marème Seck (19 ans) nient avec véhémence être des prostituées, mais sans convaincre les enquêteurs.
Au terme de leur garde à vue, Bara Mbaye, Demba N’DIAYE, Aida Mendy, Mame Maguette Mbaye et Mareme Seck, ont été déférés hier au parquet, pou détention, usage et trafic de chanvre indien, prostitution, non inscription au fichier sanitaire et proxénétisme

 

TASSXIBAAR 

Partagez cet artcile

Auteur de l’article : Tass Xibaar

Laisser un commentaire