Ce policier n’est pas un modèle pour le vénéré Cheikh Ahmadou Bamba.

Dans sa perception doctrinaire, le mouridisme  met en bandoulière, la soumission au Tout PUISSANT, le travail , la droiture et l’amour envers le prophète Mouhammad (PSL). En  orientant les actes et comportements vers la voie du salut, ce policier a, de ma façon ostentatoire ,trahi la philosophie du mouridisme.
Le reniement, un des plus grands péchés dont le policier est l’auteur, ne sera jamais cautionné par le vénéré Cheikh Ahmadou Bamba. Ce policier , à la sortie de sa promotion, a juré et s’est engagé de respecter la loi. Jurer n’est il pas un acte fort devant Dieu? Le vénéré Cheikh Ahmadou Bamba a toujours respecté sa parole et ses engagements devant même l’atrocité la plus barbare du colon. Aujourd’hui, ce policier a renié sa parole et reçoit le soutien irréfléchi de certains fanatiques, ce que le vénéré Cheikh Ahmadou Bamba n’aurait jamais fait . Pourquoi tout cet amateurisme populiste en déphasage total avec la philosophie et l’enseignement du mouridisme?
“Dans l’honneur, au service de la loi” telle est la devise de la Police Nationale. Une devise qui oblige tout policier à être exclusivement au service de la loi. Cette dernière étant l’émanation de la volonté populaire doit être scrupuleusement respectée dans une République.
Les fanatiques doivent arrêter ces agissements fractionnistes qui pourrait aiguiser un sentiment de communautarisme et de sectarisme avec son lots de conséquences. Nous devons être conscients que nous sommes dans un environnement sous-régional empreint d’incertitude, par conséquent, les discours et agissements portant atteinte à notre intégrité et stabilité doivent être évités.
Dans un État normal, ce policier doit présenter ses excuses publiques à tous les sénégalais pour avoir discrédité l’un des corps d’élite constituant un véritable amortisseur social de ce pays.
Chacun d’entre nous vit intimement sa foi et ses croyances. “Le m’as tu vu” et l’activisme religieux n’ont jamais prospéré dans la confrérie mouride.

 

Alioune Diaw

Partagez cet artcile

Auteur de l’article : Tass Xibaar

Laisser un commentaire