Affrontements violents entre populations et gendarmes à Dougar: plusieurs blessés par balles

Le conflit foncier risque si on n’y prend garde de brûler ce pays. Encore un autre oppose depuis quelques jours la discrète communauté villageoise de Dougar à une société marocaine. Et le pire craint par tous , est survenu hier, avec un affrontement violent qui a failli virer au drame, dans ce village de la commune de Diamniadio, entre les populations et les gendarmes.

Les paisibles villageois sont sortis en masse hier qui dimanche 2 mai, pour protester contre la démolition de leurs maisons sous les ordres de la société marocaine Peacock Investissent, et ils ont été bousculés par les gendarmes qui ont ouvert le feu sur eux, et atteint deux jeunes par balles, et causé plusieurs autres blessés.

La situne semaine,  le feu couve  entre les habitants du  village et  la gendarmerie qui contrôle la démolition des quelques maisons incluses dans les 72 Ha  que revendique la société marocaine.

Les responsables de « Yen a marre » et de FRAPP France dégage étaient sur les lieux et ont vécu en direct les bavures des gendarmes. Guy Marius Sagna et ses camarades ont vivement défendu les populations lésées, et il a élevé ma voix.

« On ne peut pas accepter que l’État déshabille des citoyens sénégalais au profit des marocains. On veut arracher la terre des populations pour les donner aux étrangers. Ces populations vivent ici depuis des centaines d’années. Cela ne peut pas passer. Nous voulons la paix. Nous voulons la décrispation. Nous voulons l’apaisement. Mais pour qu’il y ait apaisement, décrispation, il faut la justice. C’est qu’on laisse la terre aux éleveurs… », s’époumone-t-il.

Le leader de Frapp France Dégage ne comprend pas ces affrontements en plein mois de Ramadan, et décrète la poursuite du combat jusqu’au bout. « Si nous gagnons ici, c’est un précédent positif pour toutes les victimes de spoliation foncière au Sénégal. C’est ça l’enjeu de ce combat. Il faut qu’on se batte contre cette injustice foncière pour éviter le banditisme foncier. À quoi cela sert de se battre pour le respect du calendrier électoral, la suppression du parrainage si les populations souffrent de ces injustices… » promeut-il..

Guy Marius Sagna a également lancé  un appel à l’endroit de la classe politique et à la société civile. 

 

 

TASSXIBAAR 

Partagez cet artcile

Auteur de l’article : Tass Xibaar

Laisser un commentaire