Affrontements sanglants à Ndingler: ce qui s’est réellement passé et risque de glisser vers le conflit communautaire

La terre du refus Ndingler a renoué hier avec le feu, et cette fois-ci, il a été violent avec dzs affrontements sanglants entre les villageois et les agents de la sécurité de Pape Babacar Ngom, le patron de Sédima.

Pourtant tout était prévisible, tout convergeait vers cette violence tant redoutée, dans ce village où des terres sont accaparées par l’homme d’affaires qui possède un véritable titre foncier de 225 ha sur le site litigieux pour développer un agro business.  L’arbitrage ultime du chef de l’État au mois de juillet dernier, en sommant le milliardaire de restituer les 80 hectares dont le village de Ndingler réclamait la possession pour cette année afin de permettre aux populations de pouvoir cultiver ces terres situées à cheval entre la commune de Sindia et celle de Ndiaganiao, avait déjà chassé les démons de la violence.

Mais, rien n’y fait cet arbitrage de façade n’a servi qu’attiser le feu, et le pire a failli se produire hier.

Selon le quotidien Libération du jour, des jeunes partis désherber leurs champs en prévision de l’hivernage, se sont heurtés aux agents de Babacar Ngom. Et selon des villageois, les faits se sont produits au niveau du village de Saliou Seck qui se situe à la limite du site litigieux. Des agents du boss de la Sédima se sont transportés sur les lieux pour confisquer leur matériel et les jeunes paysans se sont rebiffés. « Le jeune Ibrahima Séne a reçu des coups de barre de fer sur la tête. Il a même été évacué. On nous a encore proposé de l’argent mais nous n’en voulons pas. Nous ne voulons l’argent de personne, tout ce qu’on veut ce sont nos terres », s’offusque le chef de village de Ndingler, le courageux Ablaye Dione, joint par Libération.

La Gendarmerie a du déployer ses hommes pour éteindre l’incident qui pouvait être mortel entre les deux camps qui s’opposaient. N’empêche, le risque de conflit communautaire est venu se greffer au litige foncier, car le village de Djilah s’est rangé du côté de Babacar Ngom, et les deux parties se sont données rendez-vous ce mardi pour solder leurs comptes, que la Gendarmerie œuvre pour régler.

« Nous n’avons pas de problème avec les gens de Djilah. Nous n’avons rien contre les gens de Djilah. Tout le Sénégal, toute l’Afrique sait que nous avons un problème avec une seule personne: Babacar Ngom de la Sédima. », précise Ablaye Dione qui ajoute. « Moi-même je ne peux rester à la maison. Je vais aller dans mes champs. Il faut que tout le monde le sache: nous ne céderons jamais nos terres. Allez bien le faire comprendre à Babacar (Ngom).

 

 

TASSXIBAAR

Partagez cet artcile

Auteur de l’article : Tass Xibaar

Laisser un commentaire