Accusations de viol sur mineure: malgré ses dénégations, Sitor Ndour sera déféré aujourd’hui, sur instruction du parquet

Le débat politique dominé par la polémique des résultats des législatives est pollué au sein de la majorité par une énième affaire de mœurs qui frappe cette fois de plus le parti présidentiel Apr. Le responsable politique de la majorité Sitor Ndour, est accusé de viol par sa bonne, une jeune fille âgée de 17 ans. L’ancien directeur général du Coud a fait une sortie dans une presse pour tenter de se dédouaner et menacer de plainte sa présumée et sa mère, mais le Parquet aurait déjà donné des directives pour qu’il soit déféré aujourd’hui. De nombreuses charges pèsent sur le Fatickois qui risque le mandat de dépôt.

Cette affaire de viol commis sur une mineure pollue l’atmosphère des élections législatives et tombe à un mauvais moment pour le cadre de l’alliance pour la République (Apr), le parti présidentiel en pleine déconfiture suite au déroulement des élections législatives. L’ancien directeur du Centre des œuvres universitaires (Coud risque d’être lâché devant l’autel de la justice pour une affaire qui ne sent pas bon. Du côté du parquet, renseigne le quotidien Les Échos, le ministère public semble enclin à tirer l’affaire au clair et a donné des directives. Le procureur de la république aurait demandé que Sitor Ndour lui soit ramené ce matin. Ce qui signifie qu’il sera déféré aujourd’hui même.
Âgée de 17 ans, la bonne de Sitor Ndour a accusé son éphémère patron d’avoir abusé sexuellement d’elle. Elle a déposé une plainte à la gendarmerie de la foire. Seulement, ajoute le journal, des détails dans la narration des faits de la présumée victime laisse entrevoir quelques incohérences. Pour sa part, Sitor Ndour a tenté de soudoyer la famille de la fille en leur proposant de l’argent pour que l’affaire ne soit pas ébruitée. Des enregistrements audios entre lui et eux, auraient échu entre les mains des enquêteurs, et seraient même versés dans le dossier. Le responsable apériste interrogé sur sa tentative de soudoiement de sa présumée victime et ses proches, s’est défendu en soutenant que c’est juste pour protéger son image puisque de telles accusations ternissent son image même s’il n’a rien fait. Jusqu’à hier, Sitor Ndour était encore en liberté, mais la machine judiciaire pourrait se mettre à ses trousses dès aujourd’hui, toujours d’après Les Échos.

 

 

TASSXIBAAR 

Partagez cet artcile

Auteur de l’article : Tass Xibaar

Laisser un commentaire